1er CASEM 2019 du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement : un taux d’exécution de 67,33% enregistré en 2018 dans la mise en œuvre des activités

CAM 1Le vendredi 19 avril 2019 s’est tenue à Ouagadougou, la première session ordinaire de l’année 2019 du Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement(MEA). C’est le ministre de l’eau et de l’assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo qui présidé les travaux marqués par des présentations suivis d’échanges.

Après plusieurs actions menées tout au long de l’année 2018, l’heure est venue de faire un bilan de la réalisation de différentes actions et également d’échanger autour des perspectives immédiates d’où cette première session ordinaire de l’année 2019 du Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement(MEA).  Ce Cadre statuaire, tenu ce vendredi 19 avril 2019 à Ouagadougou, a été l’occasion pour les acteurs du secteur d’échanger sur les thématiques et les résultats majeurs et de se projeter sur des perspectives. Les acteurs intervenant dans ce programme ont, à travers ce 1er CASEM de l’année 2019 fait l’état des lieux et échangé sur les perspectives pour une meilleure opérationnalisation du Dispositif Intégré de Suivi-Evaluation (DISE), mis en place en 2017 par le ministère.
En matière de la mobilisation  des ressources en eau, les réalisations au cours de l’année 2018 font état de 11 barrages réhabilités. En terme d’approvisionnement en eau potable, le ministère a pu réaliser 2 491 forages neufs sur une prévision de 2020 forages, 49 AEPS réalisées sur une prévision de 46, 48 forages à gros débitCASEM 1 T réalisés sur une prévision de 53 et réhabiliter 815 forages sur une prévision de 1281,  9 AEPS sur une prévision de 23. Toujours dans ce volet, les résultats font état de  l’augmentation de la capacité de production d’eau potable en milieu urbain de 7 658 m3/j, l’augmentation de la capacité de stockage de 450 m3 avec un taux de réalisation physique de 100%, 19 482 branchements particuliers, soit un taux de réalisation physique de 55,35%.
Dans le domaine de l’assainissement, on note la réalisation de 28 708 latrines familiales, 687 latrines dans les écoles, 189 latrines dans les centres de santé ; 189 latrines publiques et la réalisation de 3 953 puisards.
Au cours de cette session ordinaire, le ministre de l’eau et de l’assainissement a mis l’accent sur les nombreuses difficultés rencontrées qui sont entre autres les mouvements sociaux au niveau de la chaîne de la dépense publique, le problème d’insécurité dans le pays ayant entrainé la suspension de certains travaux, la mise à disposition tardive des budgets et l’insuffisance du budget alloué au sous-secteur. CAM 2Nonobstant ces difficultés,  le ministère a enregistré au 31 décembre 2018 un taux d'exécution global des activités de 67,33%. « Ce taux, s’il n’est pas à la hauteur de nos attentes, est toutefois considéré comme satisfaisant au regard du contexte et des difficultés rencontrées », a affirmé Niouga Ambroise Ouédraogo. Toutefois il reste optimisme en vue des perspectives proposé par l’ensemble des acteurs de son département et l’engagement constant des Partenaires Techniques et Financiers, du secteur Privé, des ONG et associations de développement, des collectivités territoriales et des Ministères partenaires.

 

Lidia RECTOUMDA
Stagiaire

Le Programme d'Approvisionnement en Eau et d'Assainissement (PAEA): une solution pour péréniser le service public en matière d'eau et d'assainissement

bing
      Le Programme d'Approvsionnement en Eau et d'Assainissement (PAEA) sera officiellement lancé le jeudi 25 avril 2019 à Kilingbara dans la commune de Kampti , Région du Sud-Ouest sous le très haut patronnage de son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso.Ce programme dont la majeur partie est financée par la Banque mondiale vise entre autres à péréniser le service public en matière d'eau et d'assainissement au Burkina Faso. De quoi s'agit-il? Voici une brève présentation dudit programme.

 

Jean Mathieu BINGBOURE, le responsable du PAEA

 

 

Le Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement soutient les efforts du Gouvernement du Burkina Faso pour améliorer les services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et la gestion intégrée des ressources en eau. La durée du Programme est de cinq ans, son achèvement est prévu pour décembre 2023. bache de koubri

  1. Objectif

Le Programme est soutenu par la Banque mondiale et vise à améliorer l’accès, la durabilité, l’efficacité et la responsabilité de la prestation de services d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu urbain et rural, à renforcer la base nationale de connaissances sur la Gestion Intégré des Ressources en Eau et à renforcer le capital humain pour garantir la pérennité de la prestation de services

II. Portée géographique et domaines de résultats

Le Programme comporte trois Domaines de Résultats (DR) et un volet important de renforcement du capital humain :

  • DR1 : Amélioration de l’accès à l’eau
  • DR2 : Amélioration de l’accès à l’assainissement 
  • DR3 : Amélioration de l’accès à des informations fiables sur les ressources en eau
  • Volet Renforcement du capital humain

 

  1. III.Résultats attendus
Domaines de résultats (DR) Urbain Rural
DR 1. Amélioration de l’accès à l’eau[P1] 

  • Ouagadougou, ( a) l'augmentation de la capacité de stockage de 8 000 m3, b) l'extension du réseau de 725 km; c) réalisation de 70 000 branchements sociaux et la construction de 100 bornes fontaines)

  • Renforcement de l’AEP des centres de Yako, Gourcy et Boussé
  • création de systèmes autonomes d'approvisionnement en eau à Gon-Boussougou, Mogtédo, Béguédo et Tiébélé,
  • l’extension du système d’approvisionnement en eau de Kaya pour inclure les centres secondaires de Korsimoro et Boussouma

  • Réalisation de 1100 forages équipés de PMH
  • Réalisation de 90 Adductions d’Eau Potable   (AEP),
  • Réhabilitation et la mise à niveau de 60 AEPS ,
  • Réalisation d’études de dix (10) systèmes d’Adduction d’Eau potable Multi-Village (AEP-MV

DR 2. Amélioration de l’accès à l’assainissement

Réalisation de 85000 latrines familiales

Réalisation de 50000 latrines familiales
la construction d’environ 1 050 nouvelles cabines d’assainissement avec dispositif de lave-mains, dans les écoles, les centres de santé et les lieux publics la construction d’environ 10 200 cabines d’assainissement avec dispositif de lave-mains, dans les écoles, les centres de santé et les lieux publics
DR 3. Amélioration de l’accès à des informations fiables sur les ressources en eau
  • développement de la plate-forme Web SNIEau ;
  • élaboration d'un modèle de gestion des aquifères du bassin sédimentaire occidental ;
  • réalisation de 16 forages de reconnaissance profonds équipés de 14 piézomètres (14 de 500m, 01 de 1000m et 01 de 2000m)
Renforcement du capital humain Renforcement des compétences 1651 personnes du MEA et de l’ONEA, du secteur privé et des acteurs municipaux

 

  1. IV.Impact sur les populations

Au terme du Programme, un million cent soixante mille (1 160 000) personnes auront un accès à une source d’eau améliorée et près d’un million trois cent cinquante mille (1 350 000) personnes bénéficieront d’un accès à des infrastructures d’assainissement améliorées.

  1. V.Zones d’intervention

En milieu urbain, le Programme interviendra dans quatorze centres urbains à savoir : Ouagadougou, Kaya, Korsimoro, Boussouma, Yako, Gourcy, Boussé, Gon-Boussougou, Mogtédo, Béguédo et Tiébélé, Dédougou, Nouna et Bobo-Dioulasso. Dans les onze premiers centres urbains les interventions incluront l’approvisionnement en eau et l’assainissement, tandis que dans trois centres urbains (Dédougou, Nouna et Bobo-Dioulasso), le Programme n’interviendra que pour la prestation de services d’assainissement.

En milieu rural, le Programme interviendra dans les régions des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et du Sud-Ouest.

  1. VI.Cout et Financement

Le cout du programme s’élève à 363 millions de dollars américains. Il est financé comme suit :

Source Montant (millions USD) % du total
Contribution en nature des ménages 34 9
Gouvernement du Burkina Faso 29 8
Banque Mondiale 300  
Total du financement du Programme 363 100

 

  1. VII.Acteurs de mise en œuvre

Les activités du programme seront mises en œuvre par les directions du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement et de l’ONEA. La responsabilité de la mise en œuvre formelle a été établie comme suit :

Domaines de résultats (DR) Urbain Rural
DR 1. Amélioration de l’accès à l’eau

ONEA

ONEA

DGEP du MEA
DR 2. Amélioration de l’accès à l’assainissement DASS de l’ONEA DGA du MEA
DR 3. Amélioration de l’accès à des informations fiables sur les ressources en eau SP-GIRE du MEA
Renforcement du capital humain DRH de l’ONEA DRH du MEA

 

                                                                   Djélika DRABO

 


Première session de l’année 2019 du Cadre Partenarial « Eau et Assainissement »

just tLe Secrétaire général du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement, Alassoun Sori, a présidé ce vendredi 12 avril 2019, dans la salle de réunion de la Direction générale de l’eau potable (DGEP), la première session de l’année 2019 du Cadre Partenarial (CaPa) « Eau et Assainissement ». Il s’agira au cours de cette rencontre entre autres, d’examiner et valider le calendrier annuel de la tenue des différents cadres de pilotage et de dialogue sectoriel, de discuter du financement de l’étude de la situation de référence de certains domaines du sous-secteur et de valider et examiner la matrice sous-secteur « eau et assainissement » en mettant l’accent sur la révision des indicateurs de décaissement de l’Appui Budgétaire Sectoriel (ABS).


Le CaPa est une instance de dialogue sectoriel entre le Gouvernement et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) signataires. Il a pour objectif général d’établir la concertation et le dialogue entre le Gouvernement et les PTF afin d’améliorer l’efficacité de l’aide dans le secteur « eau et assainissement ». C’est dans ce cadre que le Secrétaire général du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement, Alassoun Sori, a présidé ce vendredi 12 avril 2019, dans la salle de réunion de la Direction générale de l’eau potable (DGEP), la première session de l’année 2019 du Cadre Partenarial (CaPa) « Eau et Assainissement ».Just 1t
La mise en œuvre efficiente des programmes du département en charge de l’eau commande un bon fonctionnement du partenariat avec les différents groupes d’acteurs. De même, le dialogue avec les parties prenantes est une vertu cardinale à promouvoir pour espérer une mise en œuvre harmonieuse, cohérente et participative des programmes du ministère. « C’est pourquoi, le Cadre Partenarial entre le Gouvernement du Burkina Faso et les PTF intervenant dans le sous-secteur a été institué et a fait ses preuves de par le passé avant de connaitre un arrêt depuis l’année à échéance du PN-AEPA et du PAGIRE », a insisté le Secrétaire général.
just 2tCette première rencontre entre le ministère de l’eau et de l’assainissement et les Partenaires Techniques et Financiers a permis d’examiner et valider le calendrier annuel de la tenue des différents cadres de pilotage et de dialogue sectoriel, de discuter du financement de l’étude de la situation de référence de certains domaines du sous-secteur et de valider et examiner la matrice sous-secteur « eau et assainissement » en mettant l’accent sur la révision des indicateurs de décaissement de l’appui budgétaire sectoriel.  
 Le CaPa contribue entre autres, à une grande appropriation de la définition et de la mise en œuvre des différents programmes du secteur par tous les acteurs ; à améliorer le dialogue entre le Gouvernement et les PTF par l’établissement d’un véritable partenariat et à mettre en place un mécanisme de financement efficace du secteur « eau et assainissement » permettant la cohabitation des trois instruments de financement extérieurs existants avec le budget national et faisant de l’appui budgétaire sectoriel l’instrument de financement extérieur privilégié.

                                                                             

Boudasida Justin KONKOBO
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Satisfaction des besoins en eau potable en période de canicule à Ouagadougou: le Comité de suivi de la desserte en eau en période chaude à pied d’œuvre

S2TLe Comité de suivi de la desserte en eau en période chaude mis en place par le ministère de l’eau et de l’assainissement déroule sa feuille de route. Avec en sa tête le secrétaire général du ministère, Alassoun Sori, ledit comité s’est entretenu avec la presse  le mardi 9 avril 2019 à Ouagadougou. L’Objectif est de faire le point des mesures prises par le ministère pour pallier les problèmes d’eau rencontrés par les usagers  en ces périodes dites de canicule.


L’approvisionnement des ménages en eau potable dans certains quartiers de la ville de Ouagadoudou fait face à d’énormes difficultés en raison de la forte demande des populations. Cet approvisionnement connait des perturbations depuis le début de la période chaude. C’est fort de ce constat et des expériences des années précédentes que le  ministère de l’eau et de l’assainissement a mis en alerte le Comité de suivi de la desserte en eau en période chaude. Ce Comité présidé par  le secrétaire général de ministère, Alassoun Sori, a entre autres pour mandat, d’orienter les actions à entreprendre pour juguler les problèmes d’accès à l’eau potable, d’assurer une communication efficiente et prompte dans le cadre de la desserte en eau dans la période chaude. Il s’agit aussi pour ce Comité   d’assurer l’harmonisation des actions des différentes structures du ministèreS3T intervenant dans le secteur de l’eau potable, de proposer des actions pour faire face à la forte demande de l’eau potable et de suivre les travaux de réseau de distribution d’eau potable du projet Ziga II.  Dans le cadre de l’exécution de son mandat, le Comité a effectué une sortie terrain suivi d’une conférence de presse, le mardi 09 avril à Ouagadougou pour éclairer l’opinion national sur ce qui est entrain d’être fait pour résoudre un tant soit peu cette crise d’eau que traversent plusieurs quartiers de Ouagadougou et de d’autre villes à travers le Burkina. Le président du Comité dans sa déclaration liminaire de la conférence de presse a souligné que le problème actuel que les populations rencontrent en matière S4Td’approvisionnement d’eau potable est que l’eau produite est disponible mais il faut l’envoyer auprès des populations. C’est ce  qui selon lui est en train d’être fait à travers les travaux du projet Ziga II en cours. Avant la conférence de presse,  la sortie terrain a conduit les membres du comité et la presse sur les sites des travaux du projet Ziga II à Toudbwéogo, Tanghin, Yagma, et Bassinko. Les constats font état des travaux de pose de conduite de canalisation de gros diamètre allant de 300 à 900 mm en cours. Ces conduites seront déposées sur une distance de 50 km à travers la ville de Ouagadougou. Cette visite a aussi concerné le site de pompage de Tanghin, entièrement achevé. Constitué d’une bâche au sol et d’un château d’eau de 2000 m3 chacun, il  s’agira selon le chef du département Eau potable de l’ONEA, Valentin Sirima de faire venir l’eau à travers la canalisation  à la bâche et la station de pompage va la prélever et l’envoyer dans le château pour distribution. Dans le quartier Yagma, le projet prévoit la réalisation de 45 bornes fontaines et plus de 13000 branchements pour améliorer la desserte en eau dans la zone. A Bassinko où le problème d’eau se pose avec acuité ces derniers instants, des camions citernes vont ravitailler la population en eau, a laissé entendre le Directeur régional Ouagadougou de l'ONEA, Francis KERE.


                                                                                           Albert OUEDRAOGO

Le Ministère en Image

 
 

Le Ministère en video