Projet Recherche-Action : les résultats sont appréciables

La Direction Générale du l’Eau Potable (DGEP) a organisé le 19 juin 2019 à Réo, une réunion pour faire le bilan de mise en œuvre de la recherche-action sur les modèles de prestations viables de services d’approvisionnement en eau potable en zones rurales à travers le Partenariat Public-Privé. Cette recherche  action a été mise en œuvre dans les communes de Dassa et Kyon dans la région du Centre-Ouest et dans la Commune de Niankorodogou dans la région des Cascades.
 
 
Depuis 2016, une recherche-action est mis en œuvre dans les communes de Dassa, Kyon et          Screenshot 20190624 171131 Word Niankorodougou afin de tester comment la gestion déléguée au secteur privé, combinée à la surveillance et à l'obligation redditionnelle, peut garantir un accès durable et de qualité à l'eau dans les zones rurales à faible et moyenne densité. Ce test a prouvé que dans les zones pilotes de la recherche, le taux de fonctionnalité des Pompes à Motricité Humaine a évolué positivement, le délai de réparation des pompes a été réduit à moins de 72 heures. Les acteurs de mise en œuvre réuni le mercredi 19 juin 2019 à Réo, ont fait le bilan des activités qui selon eux a donné des leçons appréciables et très utiles. Pour Stanislas BOUKOUNGOU, Assistant Technique à la Direction Générale du l’Eau Potable (DGEP), les leçons apprises de la mise en œuvre de la Recherche-Action seront exploitées dans la formulation de la « Stratégie de gestion des services d’eau potable en milieu rural » en cours d’élaboration au niveau du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement.
En rappel, la recherche a été initiée par le Ministère de l’Eau et de l’Assainissement en collaboration avec l’UNICEF dans son programme Eau, assainissement et Hygiène dans la vision d’accroitre l’accès à une eau potable de manière durable dans les communautés rurales du Burkina Faso. Elle a été financée par l’UNICEF et est mise en œuvre par VERGNET Burkina avec la collaboration de la Direction Générale du l’Eau Potable, des Directions Régionales de l’Eau et de l’Assainissement et des communes pilotes. 
 
Madina OUEDRAOGO/DREA-COS
 

Sous-secteur eau et assainissement :les annuaires statistiques 2017 et 2018 désormais disponibles

Screenshot 20190624 170304 Word     La Direction Générale des Etudes et des Statistiques Sectorielles a organisé, le vendredi 21 juin 2019, un atelier de validation des annuaires statistiques 2017 et 2018 du sous-secteur « eau et assainissement ».
Les annuaires statistiques de 2017 et 2018 du sous-secteur « eau et assainissement » sont désormais disponibles. Ils ont été validés au cours d’un atelier le vendredi 21 juin 2019 à Ouagadougou. Selon Bourahima Ouédraogo, Directeur des Etudes et des Statistiques Sectorielles (DGESS), la statistique est indispensable pour le développement dans une société de l’information. « Ces documents vont guider entre autres la prise de décision au ministère » a-t-il dit pour souligner l’importance des annuaires. 
L’élaboration desdits documents s’est inscrite dans une démarche intégrée et participative à travers le recours aux structures internes et externes pour la collecte des données nécessaires. Ainsi, après les étapes de collecte, de traitement et de centralisation des données, un atelier de rédaction s’est tenu du 23 au 28 avril 2019. 
En rappel c’est depuis 2010 que le département produit des annuaires statistiques dans le sous-secteur avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers. Après une période de rupture en 2014, la production des annuaires statistiques a repris en 2016. A ce jour donc, sept annuaires statistiques ont été élaborés et validés. il s’agit des annuaires statistiques 2010, 2011, 2012, 2013, 2016, 2017 et 2018. 
 
Salamata KONATE/SIDIBE
 

Bonne gouvernance dans la mise œuvre des activités : les directeurs régionaux se concertent

Afin de créer une synergie d’actions avec les acteurs de mise en œuvre des activités du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, les directeurs régionaux se sont réunis les 20 et 21 juin 2019 à Dédougou dans la région de la Boucle du Mouhoun.  
Comment assurer efficacement les interventions des directions régionales de l’eau et de l’assainissement tout en gardant une collaboration soutenue avec les autres structures du ministère, tel est l’objectif principal de ce cadre de concertation initié par les directions régionales de l’eau et de l’assainissent (DREA). Premier du genre, il a permis aux DREA d’échanger sur les modalités de fixation des cibles en eau potable et le fonctionnement des directions provinciales. Ils ont saisi cette opportunité pour échanger sur les meilleures pratiques en matière de GIRE, les activités des polices de l’eau. La DREA Boucle du Mouhoun, hôte de cette rencontre a fait une communication sur l’étude de pré-faisabilité de l’AEPS multi village de Kouka-Est couvrant les régions de la Boucle du Mouhoun et des Hauts-Bassins. Elle a également présenté le complexe Mouhoun-Sourou en mettant l’accent sur les vannes de Léry (Province du Nayala). Les participants ont aussi pris connaissance du nouveau dispositif de suivi évaluation du PNDES volet Eau et Assainissement appelé SUIPEA développé par la direction des services informatiques.
Au sortir des deux jours, les DREA ont souhaité l’organisation de « journées de programmation » chaque année afin de mieux cibler les priorités et d’harmoniser les pratiques entre le niveau central et régional. 
 Ce cadre de concertation est placé sous la présidence du Secrétaire Général du MEA et a été institué afin de permettre à l’ensemble des DREA de partager leurs expériences, leurs savoirs et pratiques afin d’exécuter au mieux les missions qui leurs sont confiées.
DREA/Boucle du Mouhoun
 
 
 
 drea

Programmation 2019 :2269 forages et 30 300 latrines familiales seront réalisés

Le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement a procédé au lancement officiel du Plan national de développement économique et social volet Eau et Assainissement (PNDES-EA) de la tranche annuelle 2019 sous le thème : « mobilisation des ressources en eau : enjeux socio-économiques et sécuritaires », le vendredi 31 mai 2019 à Sakuilga dans la région du Centre-Sud. Sakuilga 2019 1

Afin de mobiliser les ressources en eau, améliorer l’accès à l’eau potable et à des systèmes d’assainissement adéquats le ministère s’engage à réaliser plusieurs infrastructures cette année encore. Ainsi , au titre de l’année 2019 le Plan national de développement économique et social volet Eau et Assainissement (PNDES-EA) tranche annuelle 2019, le programme d’activités du MEA, prévoit pour un coût global d’environ 36,502 milliards de F CFA la réalisation dans les treize (13) régions de : 2269 forages dont 790 à réhabiliter ; 169 AEPS/PEA dont 21 à réhabiliter ; 9 extensions d’AEPS ; 90 forages à gros débit ; 9 centres de production d’eau (CPE) ; 30 puits modernes ; 472 latrines écoles ; 77 latrines dans des centres de santé ; 83 latrines publiques ; 30 300 latrines familiales dont 935 à réhabiliter et 4579 puisards.

Pour l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement en milieu urbain, il est prévu pour un coût global d’environ 17,042 milliards F CFA, la réalisation de : 618 Réseau AEP ; 33 226 branchements particuliers (BP) ; 170 bornes fontaines (BF) ; 450 m3 capacité de stockage ; 24 000 m3/j capacité de production ; 25 000 latrines familiales ; 15 685 Puisards familiaux ; 208 latrines scolaires ; 162 latrines publiques ; 25 km de réseau collectif et 300 raccordements au réseau collectif.

En ce qui concerne la mobilisation des ressources en eau, il est prévu : les travaux de construction de six (06) nouveaux barrages ; les travaux de réhabilitation de quinze (15) barrages dégradés ; les études de construction de neuf (09) nouveaux barrages ; les études de réhabilitation de dix (10) barrages dégradés ; l’achèvement des études de réalisation de trois (03) grands barrages (Ouessa, Banwaly, Bassiéri) ; la poursuite des études de construction du barrage hydroagricole et hydroélectrique de la Bougouriba. Le coût global de ces études et travaux pour la mobilisation des ressources en eau de surface est d’environ 24 milliards F CFA. Les réalisations au titre du PNDES EA 2019 sont estimées à environ 78 milliards FCFA.

C’est ce qui ressort essentiellement du PNDES’EA 2019 présenté officiellement aux populations au cours d’une cérémonie le vendredi 31 mai 2019 à Sakuilga dans la région du Centre-Sud sous le thème « mobilisation des ressources en eau : enjeux socio-économiques et sécuritaires ».

 

sakuilga 2019 4Pour le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement Niouga Ambroise Ouédraogo ce thème se justifie à plusieurs titres.

« La mobilisation des ressources en eau, en termes d’impacts socio-économiques, permettra la réduction de l’exode rural par la fixation des jeunes et dans leur terroir, l’amélioration des revenus des populations, l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle par l’augmentation des productions agricoles. L’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, sur la base de l’approche fondée sur les droits humains, contribuera également à l’atteinte des cibles fixées dans les domaines de la santé et de l’éducation. Le PNDES’EA 2019 s’inscrit dans cette logique » a-t-il dit.

 

 

Par ailleurs le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement a présenté les résultats atteints en 2018 malgré le contexte sécuritaire qui sape les actions de son département. « " En matière d’Approvisionnement en eau potable et assainissement (AEPA) en milieu rural
• 2491 forages neufs réalisés sur une prévision de 1539
• 815 forages réhabilités sur une prévision de 946
• 48 forages à gros débit réalisés sur une prévision de 41
• 46 AEPS neuves réalisées sur une prévision de 35
• 08 extensions d’AEPS sur une prévision de 04
• 09 AEPS réhabilitées sur une prévision de 19
• 673 latrines réalisées dans les écoles sur une prévision de 169
• 189 latrines réalisées dans les centres de santé sur une prévision de 41
• 123 latrines réalisées dans les lieux publics sur une prévision de 70
• 21 802 latrines familiales réalisées dans les ménages sur une prévision de 28 293
• 1 286 puisards domestiques réalisés dans les ménages sur une prévision de 2 463
En milieu rural, le taux d’exécution physique au 31 décembre 2018 en matière d’AEPA est largement satisfaisant (plus de 100 %).

En milieu urbain, nous avons réalisé

• 110 km de réseau sur une prévision de 430
• 19 482 branchements particuliers sur une prévision de 50 000
• 98 bornes fontaines sur une prévision de 100
• 6 906 latrines familiales sur une prévision de 49 000
• 2 971 puisards familiaux sur une prévision de 34 300
• 14 latrines scolaires sur une prévision de 112
• 66 latrines publiques sur une prévision de 188

 

sakuilga 2019 3

En milieu urbain, le taux d’exécution physique en matière d’AEPA est de 43% au 31 décembre 2018. Ce taux apparemment insuffisant est dû essentiellement au lancement tardif de certains marchés.

Ces réalisations ont eu pour impact :

• en matière d’approvisionnement en eau potable, nous avons desservi au total 633 195 personnes additionnelles dont 431 540 en milieu rural et 201 655 en milieu urbain ;
• en matière d’assainissement des eaux usées et excréta, nous avons desservi au total 313 150 personnes additionnelles dont 221 740 en milieu rural et 91 410 en milieu urbain.
En matière de mobilisation des ressources en eau de surface
• 11 barrages dégradés réhabilités sur une prévision de 15
• le démarrage des travaux de construction de trois (03) nouveaux barrages
• la poursuite des travaux de confortation du barrage de Samendéni
• la poursuite des études de réalisation de trois grands barrages (Ouessa, Banwaly, Bassieri)

En termes d’impact, la réhabilitation des 11 barrages a permis aux populations bénéficiaires de reprendre ou de poursuivre leurs activités de production. "

Boudasida Justin KONKOBO

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Le Ministère en Image

 
 

Le Ministère en video